Lors d’une conversation avec une amie artiste et coach au sujet des pratiques d’un organisme de formation parisien (elle venait d’y suivre une formation), elle me faisait part de sa colère face à ce qu’elle appelait un manque d’éthique de leur part. Pour elle, cela se traduisait par un manque d’écoute et de respect des personnes.

C’est ainsi que, quelques jours plus tard, j’en vins à me poser les questions suivantes : « Qu’est-ce que l’éthique ? », « Existe-t-il une Ethique universelle, partagée par tous ou le visage de l’éthique est-il multiple ? », « Quelle différence peut-on faire entre éthique et déontologie ? »

Sans prétendre y apporter des réponses tranchées, voici tout de même quelques pistes de réflexion :

Le Petit Robert, définit l’éthique comme la science de la morale, l’art de diriger la conduite ; la morale pouvant être autant la science du Bien et du Mal que l’ensemble des règles de conduite considérées comme bonne de façon absolue.
L’éthique renvoie donc aux comportements tant individuels que collectifs et permet de les qualifier de justes (au sens de justice), d’honnêtes et de louables (ou à l’inverse d’injustes, de malhonnêtes et de condamnables).
Malgré cet éclairage sémantique, est-il possible de penser l’éthique comme un référent universel, univoque ?
Rien n’est moins sûr car dans notre société où la morale est mise à mal et les comportements plutôt individualistes, la définition de ce qui est Bien risque fort de varier suivant les personnes, leurs valeurs, leurs expériences, leur histoire singulière, …
Il est probable que l’observation des actes posés par quelqu’un sera révélateur des principes moraux qui les sous-tendent. Par ailleurs, si l’on souhaite développer une collaboration, il sera nécessaire d’une part d’être au clair sur ses propres valeurs morales (les connaître, les partager) et d’inviter son futur partenaire à faire de même. Reste alors à rester vigilant sur l’adéquation entre les valeurs prônées et les actes posés. Si vous constatez des écarts, il sera nécessaire de les pointer, de les comprendre afin de les réduire.

Qu’est-ce que la déontologie ?
Toujours d’après Petit Robert , la déontologie est l’ensemble des devoirs qu’impose à des professionnels l’exercice de leur métier.
Ici, un référent clair est posé, celui du professionnel et d’un métier. Cela signifie que lorsque l’on possède une identité professionnelle claire (médecin, avocat, psychologue, coach) et si, toutefois, il existe un regroupement de ces professionnels (ordre des médecins, syndicats professionnels, …), une déontologie existe sur laquelle chacun peut s’appuyer.
Ici, la notion de morale n’est pas explicitement présente. Il est question de devoirs donc d’obligations qui fixent un cadre dans lequel s’inscrira l’activité propre au métier exercé.
Le plus souvent, l’éthique apparaît en filigrane de la charte de déontologie, celle-ci révélant les valeurs morales qui la sous-tendent.

Mariette Strub

Laisser un commentaire