Pourquoi écrire un article sur le coaching scolaire …

Parce qu’à l’instar du coaching professionnel et du life coaching, le coaching scolaire est une pratique en vogue depuis quelques années.
Elle répond certes à une demande et les médias s’en sont déjà largement emparés, au risque d’ailleurs d’en dévoyer l’utilité, en nous présentant trop souvent des approches simplistes voire spectaculaires.

Pour tenter d’éclairer les parents – que vous êtes peut-être -, voici des éléments à porter à votre réflexion.

I- Qu’est-ce que le coaching scolaire ?

Une 1ère approche est de différencier le coaching scolaire du soutien scolaire, de la psychothérapie et de l’orthophonie.

– Le soutien scolaire : Il s’apparente à une aide au devoir dans une approche disciplinaire en lien direct avec les programmes enseignés en classe. La prise en charge se fait par des professionnels de la pédagogie et de la didactique, en général, des enseignants, mais aussi, des étudiants. Il y est donc question de contenus scolaires.

– La psychothérapie : Elle s’adresse à l’enfant plus qu’à l’élève. Elle est menée par un thérapeute, un psychanalyste ou un pédopsychiatre. La clé d’entrée dans un travail psycho thérapeutique est le plus souvent un symptôme comportemental tel que la phobie scolaire, l’anorexie, l’insomnie, l’hyperactivité, …). Le lien avec les apprentissages est lointain et s’il est envisagé, il l’est secondairement. Si des effets positifs sont observés sur les apprentissages ou les résultats scolaires, ils le seront de surcroît. L’objectif sera spécifique suivant le cadre théorique du thérapeute. S’il développe une approche cognitivo-comportementale, il s’agira de supprimer le symptôme en agissant sur le comportement inadapté et sur les croyances erronées, s’il est d’orientation psychodynamique, l’objectif sera de connaître et de comprendre le fonctionnement psychique et de (re)construire la personne par l’utilisation du langage. Enfin pour un systémicien, son but sera de supprimer le symptôme et d’induire un changement dans le système relationnel et communicationnel du patient.

– L’orthophonie : l’orthophoniste est un professionnel de santé qui exécute des actes de rééducation consistant en un traitement des anomalies de nature pathologiques de la voix, de la parole et du langage oral ou écrit. Par exemple : troubles de l’articulation, retard de parole, retard de langage, bégaiement, dysphasie, dyslexie, dysorthographie, dysgraphie, troubles du raisonnement logico-mathématique.

– Le coaching scolaire quant à lui, s’adresse à l’enfant en tant qu’élève appartenant à une communauté que constitue le groupe-classe. En effet, c’est bien dans la sphère de l’école que se situe le problème, ou tout au moins la demande. La prescription émane le plus souvent des parents et s’appuie sur un constat de mal être ou de malaise par rapport à l’institution scolaire en général et aux apprentissages en particulier. Le coach doit a minima posséder des connaissances et une pratique dans les domaines de la pédagogie, de la psychologie du développement et de l’accompagnement individuel. Le coach pourra travailler pour une meilleure efficacité en partenariat avec les parents, les enseignants, des professionnels du monde médical et para-médical ainsi que des acteurs péri-scolaires (psychologie scolaire, assistante sociale, RASED, …).

II- Dans quel cas faire appel à un coach scolaire ?

Voici une liste non exhaustive des difficultés qui peuvent nécessiter de faire appel à un coach scolaire :

– Mon enfant n’arrive pas à s’organiser dans son travail
– Mon enfant ne veut plus aller à l’école
– Mon enfant dort mal, a mal au ventre, … la veille d’aller à l’école
– Mon enfant adolescent ne sait pas quoi faire plus tard
– Mon enfant se trouve nul
– Mon enfant commence à décrocher
– Mon enfant sèche les cours
– Mon enfant est régulièrement collé
– Mon enfant vient de se faire renvoyé de son établissement
– Mon enfant perd ses moyens lors des contrôles
– Mon enfant dissimule ses résultats
– Mon enfant ne sait pas réviser ses leçons
– Les résultats de mon enfant ont chuté
– Mon enfant fait un blocage en lecture, écriture, mathématiques, français, histoire, géographie, physique, …
– …

III- Quelles sont les modalités du coaching scolaire ?

Pour mieux appréhender ce qu’est le coaching scolaire, il est important d’en préciser le code de déontologie et le dispositif général, de décrire une séance-type et de présenter quelques techniques susceptibles d’être utilisées par le coach.

1) Le code de déontologie

– Exercice du coaching
Le coach s’autorise en conscience à exercer cette fonction à partir de sa formation, de son expérience et de sa supervision initiale.

– Confidentialité
Le coach s’astreint au secret professionnel.

– Supervision
L’exercice professionnel du coaching nécessite une supervision. Le coach s’engage à y recourir à chaque fois que la situation l’exige.

– Respect de l’enfant
Conscient de sa position, le coach s’interdit d’exercer tout abus d’influence.

– Obligation de moyens
Le coach s’engage à prendre tous les moyens permettant, dans le cadre de la demande, le développement personnel de l’enfant.

– Refus de prise en charge
Le coach peut refuser une prise en charge de coaching pour des raisons propres au demandeur ou à lui-même.

– Co-responsabilité des décisions
Le coaching scolaire est une technique de développement personnel qui s’adresse à des mineurs. C’est pourquoi, la responsabilité des décisions est partagée.

– Contrat
Toute demande de coaching scolaire répond à deux niveaux de demande : l’une formulée par l’enfant et l’autre, par ses parents. Le coach valide la demande du coaché et formalise un contrat tri-partite (enfant, parents et coach). Celui-ci précisera entre autre l’objectif, le nombre de séance et le rythme du travail.

– Protection de l’enfant
Le coach adapte son intervention dans le respect des étapes de développement de l’enfant.

– Restitution aux parents
Le coach ne peut rendre compte de son action aux parents que dans les limites établies avec l’enfant.

2) Le dispositif général

Toute démarche de coaching, outre les séances intermédiaires décrites au point 3), démarre par un entretien préalable avec l’enfant et ses parents et se termine par un entretien de synthèse, également en présence des parents. Ceux-ci seront éventuellement sollicités lors de points de rencontre demandés par le coach, au cours de processus, si l’intérêt de l’enfant l’exige.

3) trame type d’une séance de travail

– Accueil
– Enoncé de l’ordre du jour et de la manière de travailler
– Point sur la ou les décisions prises au cours de la séance précédente et enseignements tirés.
– Travail sur les thèmes décidés en début de séance.
– Plan d’actions visées pour la prochaine rencontre dont nous fixons la date.

4) Quelles sont quelques unes des techniques utilisées par le coach ?

– les outils projectifs (cartes, photolangage, …)
– les techniques de créativité : les métaphores, le portrait en creux, la carte mentale, le changement de point de vue, l’avocat de l’ange, …
– les médiations artistiques (modelage, dessin, théâtre, conte, écriture créative, …)
– les techniques psycho-corporelles (relaxation, visualisation, …)
– l’écoute active : questionnement, reformulation et feedback
– les techniques d’affirmation de soi
– les mises en situation : observation, analyse, restitution, discussion, élaboration d’un Plan de Progrès.

5) Quelles prises en charge complémentaires peuvent être envisagées ?

Développer une démarche intégrative peut s’avérer utile dans certains cas complexes ou lourds. Ainsi, en parallèle du coaching ou successivement à celui-ci, il peut être utile de prescrire à l’enfant une prise en charge complémentaire de type suivi orthophonique, psychologique (tests), psychothérapeutique (individuel ou familial) ou un soutien scolaire.
Attention toutefois de ne pas multiplier les démarches qui peuvent être pénibles pour l’enfant et pour sa famille, et inscrire l’enfant dans une position elle-même génératrice de symptômes invalidants.

Mariette Strub

2 thoughts on “Comprendre ce qu’est le coaching scolaire

  1. Bonjour !
    Ce sujet est très intéressant. Je songeais à proposer du coaching pour étudiants et je me demandais justement si certains pratiquaient. Est-ce une activité que vous exercez déjà ou bien que vous souhaitez développer ?

  2. Je ne pratique pas encore le coaching pour étudiants même si j’y ai déjà pensé et si j’ai pris quelques contacts sans suite jusqu’ici.

    C’est un sujet sur lequel je serai ravie de discuter avec vous.

    Amicalement,

    Mariette Strub

Répondre à Marie MONINOT Annuler la réponse.