A l’heure de la « gamification » en formation, je vous propose une approche ludique, analogique et symbolique à vivre en équipe. Elle suit un processus créatif en 4 étapes ou temps forts.

Quel est le principe ?

Cette approche utilise le Test du Village Imaginaire de Roger Mucchielli. Il est utilisé habituellement comme test projectif dans le cadre de bilans psychologiques ou de psychothérapies individuelles.

Sa puissance évocatrice et son potentiel de transformation est telle que j’en ai adapté l’usage aux collectifs, équipe projet, task force, comité opérationnel, comité de pilotage, CODIR, CE, service opérationnel, …

L’équipe est ainsi confrontée à une mallette contenant du matériel (maisons, personnages, barrières, voitures, animaux, …).

Avec ce matériel, l’équipe doit construire sur un plateau, un village imaginaire dans lequel elle souhaiterait habiter. C’est le TEMPS 1, le temps de la construction.

 Chaque membre de l’équipe va choisir un rôle puis le groupe va s’atteler collectivement à l’élaboration de son village.

Après un temps de construction, viendra le temps de l’analyse et de l’interprétation, le TEMPS 2.

L’observation (pendant le TEMPS 1) puis l’analyse vont porter tant sur les contenus que sur les processus. Ainsi, tout est signifiant et c’est ce qui fait la richesse de cette démarche.

  • Du point de vue du contenu, on pourra relever et analyser ce qui se construit sur le plateau (Quelles pièces ont été utilisés, où ont-elles été placées, quelles sont les voies de communication, …) et ce qui se passe dans l’équipe dans le même temps (Quelles ont été les réactions du groupe face au matériel au départ,quelles ont été les attitudes de chacun des membres de l’équipe tout au long de la construction, comment le groupe est-il positionné autour du plateau, quel était le rythme de chacun et du groupe, comment a circulé l’information au sein du groupe, …).
  • Du point de vue du processus, il sera intéressant d’observer et de comprendre comment les rôles ont été répartis, comment étaient les relations au sein du groupe, comment le groupe s’est organisé, quelle était leur méthode de travail ? Quel était le processus de décision ? …

Vient alors le TEMPS 3 : Celui de la transposition. Le groupe est invité à repérer les analogies entre ce qu’il vient de créer et comment il a procédé pour cela, et sa réalité. Le postulat est que ce qui se passe « ici et maintenant » reflète ce qui se passe « ailleurs et toujours ».

Le TEMPS 3 est souvent un moment de prise de conscience collective, d’insight et il permet de poser un diagnostic partagé.

A partir de ce moment-là, le groupe va s’atteler à en tirer les enseignements utiles et à répondre aux questions qui l’ont conduit à s’engager dans ce processus réflexif, collectif et collaboratif d’une richesse extrême. C’est le TEMPS 4, celui de l’action et de l’engagement.

Quels objectifs peut-on atteindre grâce à ce dispositif ?

Voici quelques exemples d’objectifs qui conduisent les équipes à s’engager dans ce type de travail :

  • Clarifier les valeurs, la vision, la mission et l’ambition de l’équipe
  • Identifier les fonctionnements individuels, les singularités, les compétences spécifiques, les aspirations
  • Repérer les complémentarités, les forces et les ressources de l’équipe
  • Prendre conscience de ses points faibles et de ses dysfonctionnements
  • Analyser les forces et les opportunités

Ainsi, le travail de diagnostic (Temps 1, 2 et 3) constitue la base à partir de laquelle l’équipe pourra (Temps 4) asseoir son identité, formaliser sa stratégie à moyen et long terme et définir un plan d’actions de progrès afin de renforcer sa cohésion et d’optimiser sa performance.

 

 

Laisser un commentaire